L’Inti Raymi : la fête du Dieu Soleil, fierté du peuple inca

Chaque année, à l’occasion du solstice d’hiver, le 24 juin, les péruviens célèbrent le Dieu Soleil « Inti ». Il s’agit de l’évènement le plus important du calendrier Inca : il représente le retour du Père soleil et marque ainsi le début d’une nouvelle année inca. Petit retour en arrière pour comprendre les origines de cette fête populaire dans toutes les Andes et au-delà !

Le défilé du cortège à Sacsaywaman, un spectacle vivant et coloré en hommage aux traditions de la civilisation Inca. ©PROMPERU

LES ORIGINES DE L’INTI RAYMI

Cette fête dédiée au Dieu Soleil est née des croyances du peuple Inca qui observait le soleil pour établir un calendrier au service des activités agricoles et de la vie paysanne.

Les Incas ont créé un système de piliers leur permettant d’obtenir des points de repères fixes dans le paysage de la vallée de Cuzco. Grâce à ces repères fixes et à l’observation du soleil, ils ont pu établir un calendrier précis pour organiser les périodes de semailles et de récoltes au cours de l’année solaire.

Ce système de piliers a été mis en place par l’Inca Pachakuti, sur certaines lignes de crêtes est et ouest, qui dominent la vallée de Cuzco. Il était constitué de plusieurs groupes de 4 piliers disposés et organisés de manière très précise pour former des créneaux : deux grands piliers enserrant deux autres plus petits et séparés les uns des autres de deux mètres. Les plus grands permettaient de voir le dispositif depuis la place centrale de Cuzco. Ainsi, en se levant ou en se couchant, le soleil signalait avec précision les étapes et jours importants du calendrier inca déclinés ensuite en cycle annuel. Cette lecture et analyse étaient rendues possibles grâce à chacun des créneaux dessinés à l’horizon par les groupes de 4 piliers.

Vue sur la vallée de Cusco depuis le site de Sacsaywaman

Ces groupes de piliers, appelés aussi horloges monumentales « Pacha unanchaq » (qui signifie « qui signale le moment), étaient observables depuis la place centrale de Cuzco (actuelle place d’Armes). L’observation exacte de la position du soleil ne pouvait se faire que de la place d’armes de Cuzco « Hawkaypata ». En observant ces horloges monumentales, l’Inca était capable d’ajuster à 31 jours la durée de certains mois. C’est également ainsi que les solstices de décembre et de juin pouvaient être précisément repérés.

Ainsi, le solstice d’été, en décembre marque le début de la saison des pluies « Puquy mit’a », correspondant à la période principale « Qhapaq Raymi ». Le solstice d’hiver, en juin, marque quant à lui le début de la saison sèche « Chiraw mit’a » qui correspond à la période du soleil « Inti Raymi ».

D’autres paires de piliers permettaient de marqué le début et la fin de la période de semailles du maïs (août-septembre).

C’est en sachant lire et décrypter le calendrier solaire, que l’Inca s’est imposé comme médiateur entre le soleil et les hommes.

Le lama, animal emblématique des Andes et du Pérou.

L’INTI RAYMI, UNE FÊTE RELIGIEUSE ET AGRICOLE

La civilisation incas était réputée pour l’administration de son empire qui était rythmée par de nombreuses célébrations parmi lesquelles les fêtes religieuses tenaient une place importante dans le cœur de la population. La divinité la plus vénérée de la civilisation inca est sans nul doute « Inti » le Dieu Soleil. Ainsi les deux solstices figuraient parmi les festivités les plus importantes. Et pour cause, elles invoquaient les divinités pour préserver les récoltes.

Le solstice d’été « Qhapaq Raymi » était célébré pendant un mois entre mi-novembre et mi-décembre. C’est à cette période que les adolescents effectuaient leur rite de passage à l’âge adulte. Ces festivités étaient l’occasion aussi de sacrifices de lamas.

Le solstice d’hiver, « Inti Raymi » période du soleil, était lui aussi célébré pendant près d’un mois entre fin-mai et fin-juin. L’Inti Raymi intervenait après les dernières récoltes et marquait la fin de l’année agricole avant les semailles suivantes (le Sitwa, de mi-août à mi-septembre). Quasiment chaque jour, un grand nombre de lamas, alpagas et guanacos étaient sacrifiés pour les divinités, à Cuzco.

Le cortège se dirigeant sur le site de Sacsaywaman. ©PROMPERU

En plus des sacrifices rituels, les momies des anciens souverains et les statues des grandes divinités étaient sorties de leurs demeures. Elles étaient célébrées au milieu des vivants qui les honoraient par des danses et des chants.

Cette fête du soleil, importante et solennelle, mettait à l’honneur le Dieu Soleil en remerciement pour sa bonté, pour la requête de prospérité du peuple et surtout pour obtenir de meilleures récoltes.

Au cours du mois de célébrations, 2 ou 3 jours tenaient une place centrale autour du 21 juin et du solstice d’hiver. Ils demandaient une organisation précise et minutieuse de chaque rite comme :

  • le sacrifice du lama, dans les entrailles duquel le prêtre prédisait le futur de l’empire inca,
  • le fait d’allumer le feu sacré
  • la consécration des différentes offrandes (chicha et pain entre autres).

La cérémonie se terminait par des chants et danses traditionnelles et dans la joie collective de tout un peuple.

Le peuple péruvien fier de ses origines participe activement aux célébrations de l’Inti Raymi. ©PROMPERU

LES LIEUX DE CÉLÉBRATION DE L’INTI TAYMI

Cuzco, capitale historique de l’empire Inca « Tawantinsuyo », aujourd’hui classé au Patrimoine mondiale de l’Humanité par l’UNESCO, retrouve chaque année sa place de nombril du monde et de ville sacrée le 24 juin à l’occasion des festivités de la plus importante fête Inca : l’Inti Raymi.

En ce jour particulier pour tout un peuple, les célébrations débutent vers 9h au Qorikancha, pour se diriger ensuite sur la place d’Armes de Cuzco avant de se terminer sur le site de Saqsaywaman, situé à 2 km de là sur les hauteurs de la ville.

Le Qorikancha ou temple du soleil

La célébration, dans laquelle interviennent des milliers de personnes, commence face au QoriKancha, le temple du soleil, où l’Inca effectue une invocation au Soleil. L’Inca va diriger toute la cérémonie entouré de ses parents, des nobles et des prêtres.

Le cortège prend la direction de la place d’’armes de Cuzco.

La place Aucaypata, aujourd’hui place d’armes

Avant de se rendre sur le site de Saqsaywaman, le cortège se rend sur la place d’armes où l’Inca prononce un discours. C’est sur cette place qu’était célébrée auparavant l’Inti Raymi. Aujourd’hui les offrandes et rituels ont lieu à Saqsaywaman, mais la place centrale de l’empire Inca reste un passage obligatoire pour célébrer le Dieu Soleil.

La place d’armes de Cuzco était le centre du monde Andin duquel partaient les chemins vers les 4 régions de l’Etat Inca « Tawantinsuyo ».

La place d’armes est également le lieu de rassemblement préféré des péruviens après le passage du cortège pour célébrer l’Inti Raymi en toute convivialité.

L’Inca, sur la place d’armes à Cusco. ©PROMPERU

Saqsaywaman, la maison royale du soleil

Le cortège arrive sur l’immense esplanade de Sacsaywaman où les spectateurs sont nombreux à attendre l’arrivée de l’Inca. Celui-ci arrive porté par les 4 groupes qui représentent les habitants des 4 nations (qui existaient à l’époque de l’empire Inca) : Qollasuyu, Kuntisuyu, Antisuyu y Chinchaysuyu.

C’est ici que sont réalisés les rites et sacrifices en l’hommage du Dieu Soleil « Inti » : celui de la chicha, celui du feu sacré, celui du pain sacré et enfin le sacrifice du lama. L’Inca invoque son père le Soleil. Les participants (près de 500 acteurs) prennent leurs rôles très au sérieux. En résulte un spectacle historique unique où couleurs, musique, danses et chants traditionnels nous ramènent dans le passé et mettent à l’honneur la culture et le peuple inca.

PETITE HISTOIRE DE L’INTI RAYMI, D’HIER A AUJOURD’HUI

Du temps de l’empire inca

Le 21 juin, jour du solstice d’hiver dans l’hémisphère sud, les incas grands astronomes et adorateurs du soleil, rendaient hommage au Dieu Soleil. En ce jour où le soleil est le plus éloigné de la terre, ils célébraient le Dieu Inti pour qu’il ne disparaisse pas. Pour cela, ils effectuaient plusieurs rituels en hommage à leurs divinités : danses, offrandes, sacrifices qui se déroulaient pendant 9 jours.

Cette cérémonie faisait référence à la renaissance du Dieu Soleil pour amorcer un nouveau cycle annuel jusqu’au solstice suivant.

Une célébration ancestrale interdite par les colons espagnols

Le dernier Inti Raymi en la présence de l’empereur Inca eut lieu en 1535. Quelques années plus tard, en 1572, il fut interdit par les colons espagnols et leur vice-roi Francisco de Toledo, qui considéraient cette cérémonie comme païenne et contraire à la foi catholique.

Les péruviens continuèrent tout de même de célébrer l’évènement clandestinement.

En 1944, une reconstitution historique fut organisée à Cuzco, mais avec une modification de date : le 24 juin (au lieu du 21 qui marque aussi la Saint-Jean, fête catholique importante en Espagne). A cette occasion, cette même date fut choisie pour célébrer les peuples indigènes.

Danses traditionnelles sur la place d’Armes à Cusco.

Aujourd’hui, elle symbolise la préservation des traditions incas

C’est aussi le second festival d’Amérique Latine après le Carnaval de Rio de Janeiro. Les festivités ont lieu avant, pendant et après le 24 juin sous forme de concerts des meilleurs artistes péruviens, de soirées, d’animations de rues et de fêtes foraines.

Cet évènement s’étend sur plus d’une semaine et attire à Cuzco des milliers d’indiens venant de tout le pays pour voir des centaines d’acteurs ravivés le passé Inca. Il attire également de nombreux touristes qui viennent admirer le spectacle proposé par plus de 500 acteurs répartis entre le Qorikancha, la place d’armes et le site de Sacsaywaman.

Aujourd’hui pour les péruviens, et en particulier les habitants de Cuzco, célébrer l’Inti Raymi c’est affirmer leur identité et renforcer leurs liens avec la culture de leurs ancêtres.

Cette fête est aussi célébrée chaque année dans les communautés aymaras et quechuas, de tous les pays andins.

Pour en savoir plus sur la civilisation inca et le peuple péruvien, découvrez nos voyages au Pérou avec Vision du Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *