Le tour de l’Ausangate, Trek dans la Cordillère de Vilcanota

Pour sortir des sentiers battus et découvrir le Pérou autrement, nous vous proposons de réaliser un trek de 7 jours autour de la montagne sacrée de l’Ausangate, point culminant de la Cordillère de Vilcanota et figurant parmi les 10 sommets les plus hauts du Pérou. Massif montagneux péruvien bien moins célèbre que la Cordillère Blanche, la Cordillère de Vilcanota n’a pourtant rien à envier à sa cousine ! Moins fréquentée, elle regorge de paysages dont la beauté naturelle ne vous laissera pas indifférent.

Vue sur le majestueux massif de l’Ausangate, dans la cordillère de Vilcanota.

L’AUSANGATE, UNE MONTAGNE SACRÉE

Avec plusieurs passages de cols au dessus de 5000 mètres d’altitude, cette randonnée itinérante autour de l’Ausangate demande une bonne condition physique mais ne présente aucune difficulté technique en dehors de l’acclimatation à l’altitude. Nous ne doutons pas que le “dieu insaisissable, Apu Ausangate” sera à vos côtés pour vous aider à sillonner ses sentiers et contempler sa majestueuse beauté au cours de votre périple (Apu est le nom donné par les Quechuas pour désigné une montagne sacrée).

Si vous réalisez ce trek en mai-juin, peut-être aurez vous la chance de rencontrer les pèlerins qui chaque année perpétuent la tradition de la fête de Quoyllur Riti (qui signifie “étoile des neiges” en Quechua). Après être montés à la base de Qolkk Punku, ils rentrent chez eux avec des blocs de glace en passant devant une image de Jésus dessinée sur un rocher à 4900 mètres. Entre croyance chrétienne et précolombienne, l’atmosphère des lieux donne une touche spirituelle à l’accomplissement d’un tel voyage à pied.

Magnifique panorama sur la montagne sacrée de l’Ausangate, ses lacs et glaciers.

Prêt à enfiler vos chaussures de marche et votre sac à dos ?
Notre équipe locale s’occupe de tout le reste, comme en témoigne Sylvie qui a bien voulu partager avec vous son retour d’expérience sur le trek qu’elle a réalisé en août 2019.

LE RÉCIT DE VOYAGE DE SYLVIE

Après 2 semaines de visite et d’acclimatation, nous avons choisi de faire un trek de 6 jours : le tour de l’Ausangate, avec un guide. La veille de notre départ, alors que nous rentrions du Machu Picchu, notre guide Justino est venu le soir dans notre famille d’accueil vers 21h pour faire le briefing, nous parler de notre trek et vérifier que nous avions tout l’équipement nécessaire. Il nous a donné rendez-vous tôt le lendemain matin.

Les images de notre périple défilent dans nos têtes à la veille du départ !

LA RENCONTRE AVEC NOTRE GUIDE ET SON EQUIPE : NOS COMPAGNONS TOUT AU LONG DE CETTE AVENTURE

Premier jour : en route pour Tinki.

Le taxi nous emmène à 6h30 au départ du bus collectif pour Tinki (3h30 de route).
Nous voyageons avec des familles, des étudiants, des travailleurs, et petit à petit se dessine au loin la chaîne de l’Ausangate avec ses sommets enneigés qui se dessinent sur fond de ciel bleu.
Nous arrivons à Tinki aux alentours de 10h où nous attendent nos 2 muletiers. Nous faisons leur connaissance ainsi que celle de notre cuisinier Vincente. Celui-ci est déjà à l’œuvre pour nous concocter un repas bien consistant. Tous les vivres sont prêts à être chargés sur les mules. Après ce bon repas, non sans avoir bu une tasse de maté de coca, nous quittons la ville de Tinki, bien chaussés, sac à dos, bâtons de randonnée et attaquons la première montée. Cela semble facile. Nous quittons peu à peu la civilisation….

Sylvie et Philippe au début du trek de l’Ausangate, bien chaussés et prêts à se mettre en marche !

Le souffle se fait de plus en plus court, nous sommes déjà au cœur de la montagne. Les paysages sont splendides. Nous croisons des troupeaux d’alpagas. Une petite pause avec une bonne collation et nous continuons vers Upis, notre campement. Des caravanes de muletiers nous doublent, c’est magique. Nous arrivons au campement à 4430m. D’autres groupes arrivent également. Nos muletiers et notre cuisinier sont déjà sur place, ils ont pris des chemins de traverse pour arriver en avance.

Notre tente est déjà montée et Vincente s’affaire à nous préparer des pop-corn puis le repas du soir (truite qu’il faut écailler, légumes qu’il prépare la planche à découper sur les genoux!) A 16h, nous ressentons déjà le froid de l’altitude ! Nous nous couvrons, bonnets, gants et polaires ….
Nous prenons une tisane pour nous réchauffer. Justino nous parle de son pays qu’il aime tant, de la journée du lendemain.
18h30, c’est l’heure du dîner sous la tente du mess. Dehors il fait froid, nous nous couchons tôt ! on se ramasse dans nos duvets, seul le bout du nez dépasse. On n’a pas froid, nos duvets sont bien adaptés !

Les repas sous la tente mess, préparés par notre chaleureuse équipe de muletiers, cuisinier et aide de camp.

LES PREMIERS PAS : LE TEMPS DE L’ACCLIMATATION A L’ALTITUDE

Deuxième jour : les premières sensations

Justino nous apporte au pied de la tente une tasse de maté de coca pour nous réchauffer. Tout est gelé dehors, il a fait très froid durant la nuit.
Nous nous préparons et sortons prendre le petit déjeuner copieux et calorique (il nous faudra de l’énergie!).

Départ à 7h30 pour nos premiers pas de la journée.

Au bout d’une heure, je commence à me sentir faible, un léger vertige … je prends un paracetamol, du diamox pour contrer le mal des montagnes. Nous repartons. Justino se cale sur mon rythme, nous progressons tranquillement. La montagne est magnifique avec de belles couleurs. Nous passons un premier col à 4850m, le col Arapa, mon acclimatation se fait doucement !
Nous arrivons à un magnifique lac, la Lagune Pucacocha, c’est l’heure de la pause déjeuner face au versant ouest du massif de l’Ausangate.

Sylvie et Philippe prenant la pause devant la Lagune Pucacocha et profitant d’une vue magnifique sur les sommets enneigés.

Puis nous continuons en passant un autre col, le col Apacheta (4800 m) où nous croisons des troupeaux d’alpagas. Du haut nous apercevons notre campement, près de la Lagune Ausangate Cocha, que nous rejoignons vers 15h.
A notre arrivée, les tentes sont prêtes, nos muletiers nous préparent de l’eau chaude pour notre toilette et Vincente un bon goûter réconfortant en attendant le repas du soir.

UN PREMIER PASSAGE A 5000 MÈTRES D’ALTITUDE !

Troisième jour : départ pour Jampa

Comme la veille nous quittons le campement à 7h30 après une bonne nuit réparatrice et un bon petit déjeuner énergétique. La montée au col Palomani à 5200m est longue, mais je m’adapte. Je ne vais trop vite, nous faisons des pauses régulières pour reprendre notre souffle. Le manque d’oxygène se fait sentir, mais en marchant à mon rythme, tout va bien.
Les couleurs de la montagne sont magnifiques en passant du rose au jaune vert. Nos muletiers partis bien après nous nous dépassent. Juste au col de Palomani nous croisons une bergère avec son troupeau d’alpagas : magique, improbable !

Rencontre improbable avec une bergère d’altitude et son troupeau d’Alpagas.

Nous avons le souffle coupé à la fois par l’altitude mais aussi par tant de beauté face à ce panorama sur l’Ausangate. Une séance photos s’impose pour immortaliser l’instant. On le mérite bien !!!
Nous redescendons de l’autre côté du col, c’est un autre panorama sur les sommets alentours avoisinant les 6000 mètres d’altitude qui nous attend avec un magnifique lac rose sur fond de sommets enneigés dans un ciel bleu azur ! C’est l’heure de la collation devant tant de beauté !

Une mosaïque de couleurs sur les paysages andins : lagune rose, ciel bleu, neige immaculée…

Nous continuons notre longue descente dans la pampa. Nous apercevons notre équipage qui nous attend pour un repas chaud sous la tente du mess dressée spécialement pour le repas du midi ! Nous sommes chouchoutés !
Après une micro-sieste, nous reprenons notre chemin vers le campement suivant, Jampa et sa vue impressionnante sur le massif de Pico Tres, où nous resterons 2 nuits. Nous arrivons vers 15h30. La montagne met le campement à l’ombre, il faut rapidement se couvrir.
Nous rencontrons Stéphane, l’organisateur de notre trek, avec qui nous avons un échange fort sympathique autour d’une tisane et d’un dessert fait maison (évidemment!). Nous échangeons sur nos treks. Le lendemain il accompagne un groupe en randonnée glaciaire. Je lui fais part de mes doutes quant à l’ascension du sommet à 5500m…..

Soirée au campement à profiter des derniers rayons du soleil avant que le froid ne s’empare des lieux.

Comme les jours précédents, dîner tôt et coucher tôt.

EN MARCHE POUR LE SOMMET : L’ACCOMPLISSEMENT !

Quatrième jour : ascension du sommet Huayruro Punco (5350 m)

7h00 : Stéphane vient nous saluer avant de partir avec son groupe non sans avoir goûté aux délicieux pancakes à la banane que Vincente nous prépare au petit-déjeuner

Nous partons vers 7h30 pour une longue journée de marche.
Le sentier est facile au départ.  Nous cheminons dans la pampa en croisant nombre de troupeaux d’alpagas et lamas. Nous apercevons le col au loin, il faudra gravir un long pierrier. Cela me semble inaccessible, mais pas après pas, sans me poser de question, j’avance. La fatigue se fait sentir. Le pierrier est difficile. Justino et Philippe ralentissent pour m’attendre. Un de nos muletiers Jon est venu avec nous. Il m’encourage ainsi qu’un chien de montagne qui fait route avec nous depuis le campement

Les derniers mètres pour arriver au col sont difficiles et m’épuisent. Je reprends mon souffle … encore quelques efforts et j’y suis !!!!!
Les larmes me gagnent. J’ai réussi … enfin presque ! Je suis étourdie par une impression de vertige au col.  Le vent est fort, je crois que je vais tomber. Philippe me tient, me rassure, je ne vais pas m’envoler !!!

La vue qui s’offre à nous est impressionnante : un panorama à 360° à couper le souffle !

Sylvie et Philippe au passage du Col à plus de 5000 m, avec leur compagnon du jour, un chien sauvage !

En face, sur les sommets enneigés du massif de l’Ausangate parmi lesquels figure le fameux Chumpe et ses 6010m, nous apercevons Stéphane avec son groupe. Nous nous envoyons des coucous de la main. Il ne reste plus que le sommet à gravir, cela me semble insurmontable. Je m’assoie. Les gars montent tous seuls. Le chien de montagne reste à mes côtés, comme s’il veillait sur moi. Au retour des hommes, j’ai bien récupéré. Justino me propose de retourner au sommet avec lui. Les hommes remontent tous avec moi, je monte facilement, le plus dur était passé.

Le sommet a été un grand moment, une sensation d’accomplissement, un bonheur immense, je l’ai fait !!!!

Nous repartons heureux, la descente est facile. Le deuxième muletier vient à notre rencontre pour nous apporter le repas au milieu de troupeaux de chevaux et d’alpagas. Nous continuons la descente vers notre campement, cela nous semble interminable. Nous arrivons tard, vers 16h, le froid est déjà tombé. Vincente nous attend avec une tarte maison pour nous réconforter.

C’était une bonne journée. J’appréhendais mais quelle satisfaction personnelle pour Philippe et moi. Encore merci à Justino pour son adaptabilité !

Sylvie et Philippe au sommet du Huayruro Punco. L’accomplissement après des heures d’effort et la satisfaction d’être arrivé au sommet. Le bonheur à l’état pur !

APRES L’EFFORT, LE RÉCONFORT !

Cinquième jour : Pacchanta

Nous quittons notre campement à 4600m. Nous allons passer notre dernier col à 5000m, le col Campa, pour terminer le tour de l’Ausangate. Cela nous paraît facile par rapport à la veille ! Effectivement, la marche est progressive, nous atteignons sans difficulté le col. De nouveau le paysage est grandiose, magnifique. Puis nous redescendons vers notre campement où nous allons profiter des sources chaudes de la lagune Pacchanta à 4300m. Nous retrouvons un groupe de l’UCPA que nous avions déjà croisé, nous échangeons sur notre périple.

Les sources chaudes sont un vrai bonheur. L’eau y est vraiment chaude et nous profitons des bons rayons du soleil qui nous réchauffe ….. et grand luxe on peut prendre une douche !!!

Moment de détente aux sources chaudes de Pacchanta, dans un cadre grandiose.

Au dîner, nous terminons nos vivres et nos voisins nous font partager leur repas de Pachamanca (repas cuisiné dans la terre). Il fait moins froid, on n’est qu’à 4300m ! C’est notre dernière nuit, demain retour à la civilisation !

RETOUR A LA CIVILISATION

Sixième et dernier jour : retour à Tinki.

Nous quittons notre campement à 7h30 pour l’ultime descente, laissant derrière nous la silhouette majestueuse de l’Ausangate. Nous cheminons avec le groupe rencontré la veille. La descente est très facile.

Derniers instants sur les sentiers avant le retour à la civilisation.

Nous faisons la pause déjeuner dans la famille de Jon, où Vincente nous a déjà précédé. Il nous a cuisiné du Cuy, cochon d’inde (plat très apprécié des péruviens). J’ai du mal à en manger, je préfère les caresser !!! Avec la famille de Jon, nous avons eu des moments de partage dans la bonne humeur : ayant voulu essayé le magnifique chapeau de la maman de Jon, elle est allée nous chercher des tenues complètes traditionnelles pour Philippe et moi. Nous nous sommes habillés et nous avons bien ri tous ensemble ! Surtout eux de nous !!!

11h30, il est déjà l’heure de se quitter. Notre chauffeur est arrivé. Nous quittons notre cuisinier et nos muletiers qui se sont dévoués pour nous à chaque moment. Merci à eux !

Nous reprenons la route. Justino nous raccompagne dans notre famille d’accueil. Nous sommes heureux, des souvenirs plein la tête …!

Sylvie et Philippe (Août 2019)

Pour en savoir plus sur le Tour de l’Ausangate, découvrez le programme de notre voyage ainsi que les autres voyages au Pérou proposés par Vision du Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *