Le Mexique autrement, avec Camille – Partie 1

En Octobre 2014, j’ai participé à un voyage avec Vision du Monde : Rencontres en Terres Mayas, au Mexique. Au cours de ce périple riche en découvertes et en belles rencontres, j’ai eu l’opportunité de visiter 2 projets de développement dans lesquels Vision du Monde souhaitait s’impliquer : Le site écotouristique de la Escobilla, sa lagune et ses tortues et le projet « Bolom Ton » à Zinacantan, avec ses tisserandes et ses brasseuses de boissons traditionnelles.

Des rencontres marquantes 

La rencontre avec ces groupes de personnes qui souhaitent entreprendre une activité économique pour sortir de leur condition de pauvreté est vraiment une leçon de vie. Se regrouper, trouver des ressources, s’organiser, générer des revenus suffisants pour pérenniser l’entreprise et enfin générer un bénéfice pour pouvoir payer les membres du groupe n’est pas chose aisée quand on n’a pas de garantie pour les banques. C’est pourquoi Vision du Monde consacre une partie (3%) du prix de ses voyages au financement de projets qui auront un impact positif pour un maximum de personnes.

Envie de m’investir

J’ai été très touchée par les histoires de ces personnes qui se battent pour refuser la fatalité et qui mettent tout en œuvre pour sortir de la pauvreté. Peu de temps après mon retour, j’ai voulu aider et j’ai  donc participé à la traduction de plusieurs documents entre le Français et l’Espagnol pour aider les membres des deux associations à clarifier leur projet et à faire une demande formelle de financement auprès de Vision du Monde, avec l’aide d’Alberto, Laurent, Véronique et toute l’équipe de Vision du Monde. Ces traductions ont permis à chacune des associations d’obtenir un financement pour développer leurs activités. En voici un récit.

La plage d’Oaxaca, sur la côte pacifique mexicaine.

L’arrivée à la lagune de la Escobilla

Nathalie et Thierry et moi, Camille, sommes les heureux voyageurs qu’Alberto promène dans son beau pays. Après plusieurs jours passés à visiter la ville de Mexico, les ruines de cités Aztèques, Teotihuacan, Mayas, et à explorer les secrets de Oaxaca, Alberto nous conduit à La Escobilla, un coin de nature et de paradis entre Océan Pacifique et lagune de la Escobilla. Il nous explique que le Sanctuaire de la plage et la lagune de la Escobilla est une zone protégée de 25km le long de l’Océan où viennent pondre les tortues de mer « Golfina », des années après y être nées. Ces tortues sont une espèce menacée. Dans l’espoir de renverser cette tendance, le gouvernement Mexicain souhaite promouvoir l’écotourisme, et générer des revenus qui limiteraient le braconnage. Le centre écotouristique et la coopérative de la Escobilla sont nés de cette initiative du gouvernement.

Le centre écotouristique et la coopérative de la Escobilla.

Découverte du centre écotouristique de la escobilla

On entre dans la grande salle qui sert à la fois de réception et de restaurant, et on est tout de suite aspiré dans l’univers des tortues : des photos magnifiques de tortues dans l’Océan, sur la plage, des toutes jeunes, des toutes vieilles, des sculptures, des peintures…

Un accueil comme à la maison

Eradio nous accueille avec sa femme Teresa et leurs enfants, et nous fait tout de suite nous sentir comme à la maison ! Après un copieux dîner de poisson huachinango, frijoles et tortillas, il nous guide jusqu’à nos cabanes, très sobres et simples, mais avec vue sur la lagune, que du bonheur. Le programme prévoit une visite de la lagune et du sanctuaire des tortues pour le jour suivant, c’est donc avec empressement que nous découvrons une nature luxuriante, une faune et une flore complètement nouvelle et que nous nous instruisons sur la vie des tortues marines. Et la journée ne s’arrête pas là ! A notre retour au centre écotouristique, nous apprenons qu’Eradio nous a tous rebaptisés afin de nous garantir l’accès à la plage où viennent pondre les tortues.

Une famille tortue.

Première rencontre avec les tortues

Nous voilà donc, famille Moya, Antony, Carmela et leur fille Camila, partis pour une découverte de la vie sauvage à l’état pur. A la tombée de la nuit, nous marchons sur la plage quand nous apercevons des traces dans le sable, au premier abord, je me demande comment un tracteur a été autorisé à rouler sur cette plage protégée… mais en y regardant de plus près, notre guide, Sostenes, nous indique l’énorme tortue au bout des traces. Elle est entrain de pondre, c’est une expérience vraiment inoubliable et unique ! Il nous explique que les œufs enterrés plus profonds seront des mâles et les plus proches de la surface des femelles, c’est une question de température. Après de nombreux efforts pour enterrer ses œufs, la tortue reprend la route de l’océan. Bonne chance mes petits !

Un instant magique ! 

C’est alors que le guide nous montre comment il marque le nid, note la date de ponte, les détails sur la tortue, etc. et pose un système de protection contre les prédateurs. L’excitation est à son comble, nous sommes tous fascinés d’avoir été témoins de la ponte d’une tortue, nous en voyons encore quelques-unes sur la plage et nous sommes comme des enfants ! Soudain Sostenes nous fait signe et nous demande de faire très attention, des œufs sont en train d’éclore et nous allons assister à la naissance de bébés tortues, nous sommes hypnotisés, et complètement euphoriques ! La nature est vraiment magique !

Tortue sur la plage à la tombée de la nuit.

Un tourisme qui a du sens : le tourisme équitable et solidaire

Je vous raconte toute cette histoire pour vous montrer l’importance de préserver ce site et de continuer à travailler en écotourisme. Malheureusement, en 2017, la région a été très touchée par un violent séisme et de nombreuses structures ont été endommagées. Vision du Monde à tout de suite contacté Alberto afin de trouver un moyen d’aider la Escobilla à redevenir attractive pour les visiteurs le plus vite possible afin de continuer à préserver les tortues. Grâce à leur créativité et leur imagination des membres de la coopérative ont développé un projet qui leur permettrait d’augmenter leurs revenus et ainsi de continuer à travailler tout en protégeant l’environnement. Ils ont demandé une subvention à Vision du Monde pour réparer les cabanes endommagées et acheter des casquettes et des T-shirts à l’effigie de la Escobilla et des tortues. Les bénéfices dégagés par la vente de ces souvenirs permettent de réinvestir dans le développement du projet, d’embaucher plus de villageois et de maintenir une activité saine et pérenne dans cette région pauvre du Mexique.

La baie de Mazunte et sa plage.

L’importance de la préservation de l’environnement et de la biodiversité : une prise de conscience des locaux

Cette première rencontre avec la créativité et la volonté forte de se développer et de grandir des villageois pauvres du Mexique nous a tous beaucoup touchés. Remplacer une activité destructive mais lucrative telle que le braconnage par une activité touristique durable et écologique demande beaucoup de courage, de patience et de persévérance. Ces hommes et ces femmes humbles et proactifs, ont compris l’importance de préserver leur espace naturel. Ils ont compris que le jour où les tortues ne viendront plus pondre sur leur plage ils risquent de tout perdre, c’est pourquoi ils ont décidé de se battre et de protéger cet environnement unique et précieux. Le monde est rempli d’histoires positives similaires et il est important de convoyer ce message d’espoir ! On entend beaucoup trop parler du négatif, il est temps de reprendre espoir et de s’activer pour changer les choses !

Coucher de soleil en compagnie d’une bébé tortue.

Notre voyage se poursuit ensuite vers d’autres paysages dans cet incroyable et divers pays qu’est le Mexique, et vers un second projet soutenu par Vision du Monde : La coopérative des femmes tisserandes de Bolom Ton.

A très vite pour la suite de mon récit !

Camille

Pour en savoir plus sur le Mexique, découvrez nos voyages au Mexique avec Vision du Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *