Rendez-vous au pays des roses, la Bulgarie

Vallée des roses en Bulgarie

Quand on vous parle du pays des roses, vous pensez Maroc ? Et bien maintenant il faudra aussi penser à la Bulgarie. Aujourd’hui devenue symbole du pays, la rose a bien des secrets à vous révéler sur son arrivée en Bulgarie… Et sur sa célébration, la fête des roses !

La rose bulgare

Si la rose n’est pas originaire de Bulgarie, elle en devenue le symbole du pays aujourd’hui. La rose fut transportée de Perse sur les terres bulgares par la Turquie, au XVIIIe siècle.

Sous l’effet des conditions climatiques et du sol, elle a graduellement mué pour devenir une espèce à part, différente des rosiers oléagineux cultivés dans les autres pays. C’est ainsi qu’au début du XIXe siècle,  elle obtient le nom de rosier oléagineux de Kazanlak, Kazanlak étant la ville bulgare où la rose fut plantée pour la première fois.

Parmi les 5 000 sortes de roses qui existent à travers le monde, seule la rose bulgare ou la Rosa Damascena parvient en effet  à donner une essence de grande qualité. Ayant l’unique pouvoir d’harmoniser les senteurs les plus contradictoires, elle constitue, pour les spécialistes, l’une des composantes les plus subtiles de la haute parfumerie. La qualité de l’essence de rose est un secret  national !

Après distillation, l’huile de rose est gardée dans des bouteilles scellées par un cachet de cire, dont il n’existe qu’un seul exemplaire, fabriqué il y a 70 ans, pour éviter les fraudes et les contrefaçons. Elle est ensuite transportée dans des récipients de cuivre et conservée à la Trésorerie nationale, à Sofia.

Bulgarie, distillation huile de rose

Distillation des fleurs pour obtenir de l’huile de rose

C’est en Bulgarie que la teneur de la rose oléifère a le plus d’essence et la meilleure qualité. Il s’agit d’ailleurs de la première place mondiale pour la production et l’exportation.

L’essence de rose bulgare est parmi la plus recherchée sur les marchés internationaux. La fabrication d’essence de rose synthétique n’a d’ailleurs pas diminué l’importance de l’essence de rose naturelle. La Bulgarie en produit une quantité considérable.

Christian Dior, Chanel, Yves Saint Laurent, Paco Rabanne, Bulgari, Kenzo….Ce ne sont que quelques-unes des plus célèbres marques qui utilisent l’huile essentielle de rose bulgare pour leurs parfums et leurs produits cosmétiques. Elle donne une grande longévité et un arôme très spécifique et agréable.

La France est le principal client de la Bulgarie pour les parfums et les produits cosmétiques. La deuxième place occupée par les Etats-Unis paraît plus surprenante : les Américains utilisent l’huile de rose pour lubrifier les vaisseaux et les navettes spatiales car elle résiste à toutes les températures. D’autres clients réguliers sont le Japon, l’Irlande, l’Allemagne, l’Angleterre, les Pays-Bas, la Suisse, l’Autriche, etc.

La vallée des roses

Au cœur du pays, sur un territoire de 3 200 ha, entre  les monts Balkans et la chaîne montagneuse de Sredna Gora, s’étendent à perte de  vue d’immenses champs couverts de roses dont l’huile essentielle coûte plus chère que l’or… C’est la fameuse Vallée des roses.

Vallée des Roses en Bulgarie

Champs de roses dans la Vallée des Roses en Bulgarie

La récolte des roses

Vers la fin du mois de mai et au début du mois de juin, la Vallée des roses commence à vivre selon un rythme bien spécial.

Dès 5h du matin, des milliers d’ouvriers saisonniers quittent les villages des alentours pour se diriger vers les champs de roses. La cueillette commence à l’aurore et se termine vers 9 h du matin, avant que le soleil ne sèche la rosée, pour que la fleur conserve sa fabrication et garde tout son parfum. De grands sacs remplis de pétales sont ensuite acheminés vers les distilleries où est extraite la célèbre huile essentielle de rose.

Pour obtenir un litre d’huile, 3 500 kg de pétales de roses rouge ou 5 000 à 6 000 kg de roses blanches sont nécessaires. Le prix de l’huile de rose est assez notamment parce qu’elle exige une main d’œuvre importante, un ouvrier expérimenté ne pouvant cueillir qu’une trentaine de kilos par jour.

Fête de la rose en Bulgarie

La récolte des roses dans la matinée

Un festival de la rose

Un festival de haute importance a lieu chaque année dans la Vallée des roses au moment de la cueillette. Le thème ? La reine des fleurs ! Chaque année, depuis 1903, le début de la cueillette est signalé par la Fête de la Rose entre le 24 mai et le 10 juin à Kazanlak, Karlovo et dans les villes environnantes.

C’est le meilleur moment pour visiter la région. Les roses de la Vallée sont en fleurs, plusieurs ensembles folkloriques apportent gaîté et bonne humeur, des cortègent traversent les villes. Vous pouvez assister à des reproductions d’anciennes traditions locales et goûter à des plats et des boissons créés à base de rose bulgare. La fête s’organise.

Les femmes vêtues du costume traditionnel et coiffées d’une couronne de roses remplissent leurs corbeilles d’osier qu’elles portent sur leurs épaules. Cette cueillette récoltée à la main, permet de replonger dans les coutumes ancestrales et de voyager dans le temps.

Roses en Bulgarie

Une église bulgare et les rosiers en fleurs

Vraie féerie de couleurs, de chants et de danses, la fête menée par le personnage du roi Seut III (le grand roi thrace du IVe siècle avant J.C.), se déroule dans les rues de la ville et aux alentours avant de finir par le couronnement de la Reine de la Rose, la plus belle jeune fille de Kazanlak. La fête se termine par de grands feux d’artifices.

Ce festival permet d’assister non seulement aux rites de la cueillette mais aussi aux démonstrations de distillation d’essence de la fleur, un vrai partage d’authenticité. Les participants du rituel aux couleurs chatoyantes font revivre les pratiques et illustrent les traditions ; des artisans et des fabricants de produits à partir de l’essence de rose exhibent leur assortiment. Pendant toute la cueillette de la fin du mois de mai jusqu’à la fin du mois du juin, des formations folkloriques des villages proches de Kazanlak reconstituent le rituel de la cueillette des roses dans les massifs en plein champ.

L’expérience de la fête des roses par une de nos voyageuses

Partie en mai 2015, Chantal nous fait découvrir son voyage dans la vallée des roses en Bulgarie.

Réveil matinal pour une cueillette de roses en Bulgarie

Cinq heures du matin, le réveil sonne et j’embarque mon mari et Mitko, notre guide francophone, dans mon aventure.

Bottes aux pieds, tablier à grande poche et gants de protection en mains, nous rejoignons la vallée des roses de Bulgarie pour la cueillette aux côtés du cultivateur. Nous cueillons tôt les roses car les fleurs ouvertes du petit matin doivent être cueillies avant que le soleil ne pose ses premiers rayons sur elles, afin de conserver le parfum et la qualité des roses.

Bulgarie, récolte des roses

La récolte des roses se fait main dans la main

Nous travaillons par binôme avec une cueilleuse expérimentée. Après quelques consignes, le mimétisme a suivi. Aucune machine ne peut sélectionner ce produit délicat, toute la cueillette est manuelle. Les sacs se remplissent au fur et à mesure  et des pauses café sont prévues vers 8h et 9h30…

Arrivée 10h, le travail est terminé pour la journée car le soleil commence à chauffer. Le patron procède à la pesée pour rémunérer les cueilleurs selon leur propre récolte.

Traitement des fleurs cueillies dans la vallée des roses

Les sacs sont ensuite rapidement acheminés vers une distillerie car les fleurs sont traitées dans la journée. C’est une grande effervescence autour des distilleries; les véhicules chargés de roses fraîches, affluent de tous côtés.

C’est un travail dur, mais les gens paraissent heureux de s’activer pour cette précieuse denrée. La saison dure un mois environ, de mi-mai à mi-juin.

Récolte des roses en Bulgarie

La pesée des sacs après la récolte des roses, Bulgarie

Célébration de la fête de la rose en Bulgarie

Depuis plus d’un siècle, la fin de la saison est célébrée par une fête dédiée à la rose dans la ville de Kazanlack, où le musée historique de la rose témoigne d’un passé glorieux remontant à la très ancienne civilisation Thrace qui a profité de la rose pour s’enrichir.

La plaine de Thrace aux pieds des Balkans, recèle bien des trésors parfumés comme la rosa Damascena et la rosa Alba au nectar encore plus délicat.

La Bulgarie héritant de ce terroir, exporte dans le monde entier la matière brute sous forme d’eau de rose ou d’huile de rose. Les grands parfumeurs se l’arrachent à prix d’or, de l’ordre de 7 000 € le kilo ! Et oui, pour faire un kilo d’huile, il faut distiller environ 4 tonnes de fleurs !

Un grand merci à Chantal pour son récit de voyage !

 

Vous souhaitez partir pour un voyage solidaire en Bulgarie et participer à la récolte des roses ? Retrouvez tous nos voyages équitables et solidaires en Bulgarie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *