L’activité de tissage des femmes de la communauté Chiapas à Zinacantan au Mexique

L’Arrivée à Zinacantan

Nous arrivons à Zinacantan, Chiapas, Mexique. La route serpente dans la montagne entre forêt tropicale et zones cultivées, on aperçoit des champs entiers de fleurs, roses, bleues, mauves, jaunes, et une odeur sucrée, et douce nous embaume. Nous écoutons religieusement les explications de notre guide Alberto : « La culture des roses est l’une des principales sources de revenus des villageois de culture Tsosil. La vente d’artisanat élaboré à la main est une autre source de revenus. Dans la région, la broderie et la couture, sont un héritage que les femmes pratiquent à la perfection, à la main ou à la machine avec une aiguille, du fil et beaucoup de patience. »

Moment d’échange et de partage à la coopérative

La coopérative « Bolom Ton »

A l’entrée du village, nous approchons d’une maison un peu isolée entourée d’un jardin et d’un abri. Il s’agit de la coopérative « Bolom Ton » (« Jaguar de pierre » en Tsotsil), qui a établi ses ateliers dans la maison de Rosalinda que tous surnomment Rosy. Elle nous accueille chaleureusement et nous raconte comment elle contribue à la vie sociale et économique de son village en s’impliquant dans la coopérative de « Bolom Ton ». « Les 12 femmes qui composent la coopérative ont subi des abus physiques et moraux et elles se sont regroupées pour chercher un refuge. Elles travaillent pour subvenir à leurs besoins et ceux de leurs enfants sans avoir à subir les excès de leur mari ou de leur famille » nous explique-t-elle. Puis Maria et Flor, nous montrent leurs dernières créations : des blouses, des torchons pour les tortillas, des taies d’oreillers, des écharpes, des foulards, des chemins de table, et bien d’autres articles. Sur les ouvrages, elles brodent avec créativité, des animaux, des fleurs multicolores, des roses et autres plantes cultivées dans la région. Rosy nous parle de la coopérative et des nombreux défis à relever avant de devenir rentable et autonome. « La nombreuse concurrence fait qu’il est difficile de vendre la production, c’est pourquoi nous avons décidé de diversifier notre activité. »

Les ingrédients naturels nécessaires à la coloration de la laine

Le « Posh de Sabor » : une boisson traditionnelle revisitée

Grâce à beaucoup de persévérance et de nombreux essais elles ont revisité la recette d’une boisson traditionnelle le « Posh » pour créer le délicieux «Posh de sabor » aromatisé aux fruits de saison que nous dégustons avec beaucoup de plaisir. Elles ont créé 16 saveurs différentes de Posh avec comme favoris l’ananas, le citron, la pastèque, la mangue, la goyave et bien d’autres. Ces femmes ne manquent pas de créativité ! Maria commente « Maintenant, les textiles participent également au marketing de la boisson. Les bouteilles sont habillées de costumes traditionnels de la région comme la Jerka : un grand gilet long et coloré avec un sac à dos et un chapeau. »

Les tissages et boissons produits par les femmes de la coopérative « Bolom Ton » au Mexique

La visite de l’atelier de Tissage

Nous nous dirigeons vers l’abri au fond du jardin de Rosy, il fait chaud et humide, femmes et enfants sont assis sur de grands draps à même le sol et tous sont concentrés. Les enfants semblent copier les gestes précis de leurs mamans qui restent imperturbables ! Les métiers à tisser sont attachés à leurs tailles et les fils de différentes couleurs jonchent le sol. Quelle précision et quelle patience. Broder une blouse peut prendre jusqu’à 2 mois de travail !

Au cours de la visite, nous échangeons beaucoup avec les femmes et nous ouvrons les yeux sur notre condition tellement privilégiée. A aucun moment elles ne se plaignent de leur condition, elles sont reconnaissantes d’avoir l’opportunité de travailler et de pouvoir subvenir à leurs besoins elles-mêmes ! Ces femmes sont un modèle d’humilité et de simplicité épatant, qui nous laissent tous pensifs.

Les métiers à tisser de l’atelier de la coopérative « Bolom Ton »

Le soutien de Vision du Monde, « une aide venue du ciel »

« Cette aide venue du ciel nous permet de participer à de nombreux événements et foires artisanales et ainsi de perpétuer notre tradition et assurer des revenus ! » confie Rosy à Alberto à chaque fois qu’il amène un groupe de voyageurs pour visiter l’atelier. Il est vraiment impressionné par l’évolution de « Bolom Ton ». « Grâce à la contribution de Vision du Monde, le groupe a construit une petite pièce attenante à la maison de Rosy pour travailler dans des conditions plus agréables, et stocker du matériel. « Bolom Ton » a aussi pu investir dans des réchauds, des récipients, des étiquettes et des bouteilles en verre pour conditionner le « Posh de Sabor ». La subvention leur permet aussi d’acheter du fil et du matériel de couture et de broderie pour perpétuer la tradition ! » explique Alberto.

Il a fallu 2 ans pour développer ces activités, mais aujourd’hui, la coopérative doit embaucher d’autres femmes du village pour fabriquer les produits qui sont très populaires et remplir toutes les commandes ! Évidemment, cela s’est traduit par une économie autonome pour la coopérative et chacun des membres, ce qui était le principe et l’objectif de la subvention.

Une coopérative de femmes résilientes et inspirées

Un autre bel exemple de résilience et de volonté forte d’une population vulnérable.

Ces femmes ne se résignent jamais, elles mettent tout en œuvre pour réussir, c’est une question de survie. Elles veulent le meilleur pour leurs enfants et elles espèrent leur offrir une éducation et un exemple à suivre pour leur futur ! Imaginez leur état d’esprit ! Elles passent la journée du lever du jour jusqu’à la tombée de la nuit à cuisiner, s’occuper des enfants, tisser, brasser… Pour enfin rencontrer un succès bien mérité ! Quel bonheur de savoir que ces projets sont un succès. J’espère pouvoir visiter à nouveau cette partie du monde pour constater l’effet positif que j’aimerai voir partout ! Le tourisme est malheureusement souvent synonyme de destruction et d’exploitation autant de la nature que des cultures locales. Vision du Monde prouve grâce à ces différents projets et à son implication qu’un tourisme solidaire et équitable est possible et apporte des effets positifs !

Camille

Pour en savoir plus sur le Mexique, découvrez le programme des voyages au Mexique avec Vision du Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *