Des conteurs en voyage en Arménie

Zorats Karer Arménie

Partie pendant 9 jours, Brigitte partage son expérience de voyage en Arménie avec un groupe de conteurs de l’association « Il était plusieurs fois » !  Un voyage qui rassemble autour des histoires et de l’imaginaire culturel aussi bien arménien que français.

Itinéraire du voyage équitable et solidaire en Arménie

Erevan → Dilidjan → Sevan → Vardenis → Selim → Chiva → Khor Virap → Erevan → Garni→ Ghegard → Erevan

Lac Sevan Arménie

Le Lac Sevan, la « Perle Bleue » d’Arménie

L’organisation de notre voyage solidaire

L’organisation du voyage en Arménie

« Nous étions déjà partis avec Vision du Monde au Maroc sur la même thématique. Nous avions déjà l’habitude de travailler avec Laurent et son équipe. Nous sommes revenus vers eux pour qu’ils nous bâtissent un programme avec cette même exigence autour du conte. Nous avons échangé avec les conseillers autour de la destination. Le pays qui semblait être le plus réceptif à la culture française c’était l’Arménie. On nous en a parlé comme étant le pays où on aurait le plus d’échange, un accueil merveilleux et c’est vrai, il existe un lien très fort entre l’Arménie et la France.

Le but de notre voyage en Arménie c’était d’aller à la rencontre de la culture mais autour des contes, des histoires, des choses qu’on peut se transmettre…

Et aussi pour nous de collecter des contes. Nous sommes partis accompagnés d’une conteuse professionnelle pour nous aider à travailler les contes arméniens collectés en France.

Gevork, un jeune guide arménien nous accompagnait également. Lorsque nous avons raconté en français, il traduisait. Traduire les contes a été un exercice très difficile parce qu’il y a des paraphrases, de l’imaginaire, la langue qui n’est pas la même… Mais il s’en est très bien sorti !

Gevok Guide Arménie

Gevork, notre guide arménien

Irène, la partenaire arménienne de Vision du Monde, ne pouvait pas nous accompagner sur ce voyage parce qu’elle attendait un bébé, mais Gevork était vraiment super. Il avait une culture incroyable et parlait un français parfait alors qu’il n’est jamais venu étudier en France, c’était impressionnant, nous n’en revenions pas.

Nous avons organisé le séjour afin d’avoir des moments pour travailler nos contes. Nous avions également déterminés les lieux et les moments où nous allions raconter. On a conté dans les familles le soir, plusieurs fois, puis  devant des enfants dans une bibliothèque, où les bibliothécaires nous ont aussi raconté des contes arméniens. Sur Erevan, nous avons aussi raconté à l’université devant une classe d’étudiants qui étudiaient le français. »

Récit de contes Erevan

Echange culturel avec les étudiants de l’université d’Erevan

Deux jours dans les familles arméniennes

L’accueil dans les familles

« L’accueil dans les familles arménienne est vraiment chaleureux. On sent que la vie est difficile, qu’elle n’est pas simple. Les Arméniens ont connu de grosses difficultés à la chute du mur de Berlin, ils se sont ainsi retrouvés avec des pans de l’économie qui ne fonctionnaient plus. C’est quelque chose qui se ressent sur place, et pourtant quand les gens vous accueillent, c’est d’une grande générosité, on ne sent pas que l’on vient là en touriste.»

Chez l'habitant Arménie

Accueil et hébergement chez l’habitant

Les soirées contes avec les familles à Chiva

« Nous sommes restés deux jours à Chiva dans deux familles. Nous étions assez dispersés dans le village, mais la soirée et les repas du soir se déroulaient dans une seule maison. Après le repas pris en commun, nous terminions la soirée avec des contes, des histoires, de bons moments d’échanges et de partages semblables à des veillées dans nos villages autrefois !

Salade spécialité Arménie

Réalisation d’une petite salade arménienne

Les réactions de nos auditeurs étaient étonnantes. Ils ont écouté. Il n’y avait que des adultes, pas d’enfants. Ils étaient un peu sur la réserve au départ, ils nous écoutaient en nous regardant…»

Au fil des histoires, je me souviens de deux messieurs, qui ont commencé à raconter aussi en arménien, à rire. Ils étaient très heureux de partager avec nous des histoires ou des anecdotes.

Les contes avec des enfants et des étudiants

« Les enfants à la bibliothèque étaient étonnés. Il faut s‘habituer à entendre traduire, mais on a vu des enfants habitués à entendre des histoires. Après les contes, la bibliothécaire nous a offert un livre de contes arméniens. C’est drôle comme les pratiques autour des contes sont à peu près les mêmes d’une bibliothèque à une autre, d’un pays à un autre. »

Chiva contes arméniens

Récit de contes arméniens à Erevan

Un moment qui vous a marqué dans votre voyage

« C’est peut-être ce moment à Chiva avec nos deux hôtes, deux messieurs qui semblaient avoir une certaine autorité dans la famille. Pourtant tels deux enfants qui se disent des blagues, ils riaient à gorge déployée tout en racontant leurs histoires ! Ils prenaient plaisir à partager des anecdotes du village, à se rappeler des souvenirs… Ça a déclenché pleins de petites choses. Grâce à Gevork, notre interprète présent à ce moment-là, nous ne nous sommes pas sentis à part de leurs échanges et fous rires.

Pour les paysages et le patrimoine culturel, j’ai beaucoup aimé Noravank, c’était superbe. Et puis le Mont Ararat, vraiment très beau dans toute sa symbolique. »

Novarank monastère arménien

Novarank, monastère situé au Sud de l’Arménie

L’Arménie et son histoire

Quand nous sommes descendus plus près de la frontière iranienne, nous avons senti que nous changions d’ambiance et de paysage. Sur le chemin du retour à Erevan, nous avons pu voir qu’entre l’Arménie et la Turquie, il y a vraiment un no man’s land avec des kilomètres de barbelés. Devant cette frontière fermée, nous avions l’impression de toucher du regard le drame du Génocide arménien.

«Lors d’un dîner sur Erevan, notre guide nous racontait que les 30 % d’arméniens qui vivent sur le sol arménien subissent les votes et les décisions qui se prennent de l’étranger. En effet, il faut savoir que 70 % des citoyens Arméniens vivent à l’étranger constituant ainsi une diaspora très influente qui conserve une vision différente de l’avenir de l’Arménie. De l’autre côté, les Arméniens qui sont restés n’aspirent qu’à une seule chose, c’est de vivre en paix

Conteurs en Arménie

Photo de groupe de conteurs lors du voyage solidaire en Arménie

Un grand merci à Brigitte pour avoir accepté de nous partager ses impressions du voyage solidaire en Arménie avec le groupe de conteurs !

Envie de rencontrer la légendaire population arménienne ? Partez pour un voyage équitable & solidaire en Arménie avec Vision du Monde !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *