MAURITANIE, UNE TERRE DE CONTRASTE MÉCONNUE

Destinations souvent méconnue, La Mauritanie n’a pourtant rien à envier aux autres destinations  sahariennes, bien au contraire !

Longtemps délaissée  par les voyageurs pour des raisons de sécurité, La Mauritanie vous ouvre de nouveau ses portes et vous accueille à bras ouvert. Vision du Monde fait partie des rares Tours Opérateurs qui ont toujours programmé la Mauritanie.

L’accueil des Mauritaniens sous la tente

Terre d’échange et grand carrefour culturel, la Mauritanie vous dévoile son plus beau visage, celui de l’accueil chaleureux des Mauritaniens. Dans les villages, au détour d’une ruelle, le long des rives du fleuve Sénégal, lors d’une balade sur les plages du Banc d’Arguin à la rencontre des pêcheurs  Imraguen, entre dunes, oueds, ergs, oasis et méharées, les Mauritaniens sauront vous surprendre par leur gentillesse, leur sourire et leur sens de l’accueil et du partage. Ils ne demandent qu’à vous rencontrer et vous faire découvrir l’une des trois grandes régions mauritaniennes aux paysages uniques.

Pirogue sur le fleuve Sénégal

L’ADRAR ET LA VIE NOMADE

Le mot « Adrar » désigne une montagne ou crête montagneuse en langue berbère. Ce choix de nom pour désigner cette vaste région du nord de la Mauritanie, bordée au nord par le Sahara, l’océan Atlantique à l’ouest et le fleuve Sénégal et le Sahel au sud, lui sied à merveille.
Paysages de vallées ensablées, de plateaux rocheux, de plaines arides et pierreuses, parsemées de quelques oasis où la vie semble reprendre le dessus au milieu de ce désert de sable. Pour découvrir les moindres recoins de l’Adrar, rien de mieux qu’une randonnée chamelière au cœur de ses paysages à couper le souffle, pour ressentir la solitude de l’homme face à la grandeur de la nature, tout en dégustant le thé en trois fois pour prendre le temps de l’immersion et de la contemplation.

La vie nomade au cœur du désert , le temps d’une pause

Autrefois nomades, les habitants de l’Adrar ont abandonné petit à petit ce mode de vie traditionnel pour s’installer dans les villes et villages de la région. Ils sont encore une poignée à perpétuer la vie nomade et à la faire partager aux voyageurs le temps d’une rencontre inoubliable. L’occasion de découvrir la vie caravanière, hors du temps, de ces hommes, entre bivouac sous un ciel étoilé ou une nuit sous la Khaïma – tente maure traditionnelle. Ces temps de rencontres et d’échanges invitent au lâcher prise et à la déconnexion pour un voyage ressourçant.

Les dunes de Azouiga

Au cœur du désert de l’Adrar se dissimulent des lieux de vie :  l’oasis de Terjit où la fraîcheur de ses falaises ruisselantes et de sa palmeraie de dattiers est propice au ressourcement, les cités anciennes de Chinguetti et Ouadane, connues dans toute la région pour la richesse préservée de leurs bibliothèques et de leur patrimoine architectural. Ancienne grande ville sainte de l’Islam, Chinguetti, la cité des sables, a conservé aujourd’hui encore son prestige grâce à sa mosquée, la plus vénérée du pays. Quant à Ouadane, elle n’a pas à rougir ! Sa ville ancienne parfaitement préservée et chargée d’histoire lui vaut son inscription au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, tout comme Chinguetti.

La mosquée de la ville Sainte de Chinguetti

N’oublions pas la ville d’Atar, porte d’entrée de l’Adrar grâce à son aéroport international et ses vols directs depuis Paris. Un détour s’impose au centre-ville pour découvrir son marché animé et les ruelles des quartiers anciens, en compagnie d’un guide local.

Les voyages de Vision du Monde dans l’Adrar : Adrar, terre maure / De Chinguetti à Azouiga / Dunes et oasis de l’Adrar / Panorama de l’Adrar

LE LITTORAL, ENTRE SABLE ET OCÉAN

Autre région sublime de Mauritanie, son littoral où le désert de l’Adrar rencontre l’océan Atlantique !

Cette ouverture sur la côte africaine invite à la rêverie lors de longues balades sur les plages infinies, lieu de rencontre avec les habitants et notamment les pêcheurs Imraquen. C’est sur cette côte que se trouve Nouakchott, la capitale mauritanienne, ouverte sur le monde.

Les pirogues colorées du littoral mauritanien

Réputée pour ses eaux poissonneuses et riches en micro-organismes, la côte mauritanienne est propice à la pêche et garantit une source de revenus aux habitants. Les pêcheurs Imraquen perpétuent une technique de pêche millénaire, où les hommes font appel à la complicité  des dauphins pour ramener les mulets dans leurs filets. Les dauphins, alertés par les cris des hommes  avançant dans la mer jusqu’à hauteur d’épaule, poussent les bancs de poissons vers la côté et terminent dans les filets de pêcheurs Imraquen. Vient l’heure ensuite du partage des poissons, un spectacle exceptionnel et unique au monde à ne pas manquer !

D’autres pêcheurs usent d’une technique plus commune en embarquant sur des pirogues pour aller pêcher un peu plus au large. Ces pirogues colorées qui jalonnent les grandes étendues de plage offrent un paysage de carte postale pour le promeneur curieux et rêveur. Derrière le cordon dunaire, les plus courageux pourront admirer le spectacle des poissons séchant sur les claies, et les fortes odeurs de poissons séchés qui donnent à ce décor unique tout son caractère.

Les oiseaux migrateurs sur les rives et côtes

Ce cordon littoral est également le lieu de rendez-vous de la faune locale. Il n’est pas rare de pouvoir observer dauphins et orques au large, sans oublier la multitude d’oiseaux migrateurs qui élisent domicile sur ces eaux poissonneuses pendant les mois d’hiver. Rien d’étonnant à retrouver deux parcs nationaux au sein de cette région côtière mauritanienne : le parc national du Banc d’Arguin au nord, et le Parc National du Diawling au sud, à proximité de l’embouchure du fleuve Sénégal.

Observation des oiseaux

Le Diawling, voisin du parc national du Djouj au Sénégal, offrent des paysages de nature intacte et préservée où les activités traditionnelles perdurent.
Quant au Banc d’Arguin, inscrit au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO, les ornithologues amateurs ou spécialistes seront éblouis par la biodiversité des zones marécageuses et marines.

Les voyages de Vision du Monde sur le littoral : Banc d’Arguin et Du Diawling au Fleuve Sénégal

LA VALLÉE DU FLEUVE SÉNÉGAL

Dernière région singulière en Mauritanie, la vallée du Fleuve Sénégal est la région la plus au sud du pays. Cette vallée frontalière accueille les peuples sédentaires du sud du pays, notamment les ethnies Peulhs, Wolofs et Bambaras, pasteurs et agriculteurs de génération en génération. Ils exploitent les terres qui bordent le fleuve et profitent de la présence d’eau, ressource si précieuse pour ce pays dont la majorité du territoire est constitué de déserts, pour cultiver et pratiquer l’élevage. Cette région est en quelque sorte le grenier mauritanien, la mère nourricière de tout le pays.

Sourire des femmes des villages de la vallée du fleuve

Au détour d’un village sur le fleuve, les pirogues ou les étals des marchés locaux attirent le regard du visiteur par le décor coloré qu’ils proposent, tant pour les yeux que pour les papilles. Fruits et légumes de saison sont vendus ou troqués, sans oublier l’artisanat des ethnies locales, où le travail du bois, du cuir, de l’or et de l’argent sont à l’honneur.

Ainsi la diversité des régions mauritaniennes se retrouvent dans la variété des paysages qui la composent, le caractère accueillant des Mauritaniens sans oublier la multitude d’expériences uniques qui s’offrent aux voyageurs curieux et ouverts sur le monde.

Scène de vie locale chez l’habitant

Le voyage de Vision du Monde dans la vallée du fleuve : Du Diawling au Fleuve Sénégal 

A bientôt sur l’un de nos voyages en terres mauritaniennes !

Pour en savoir plus sur la Mauritanie, découvrez les programmes de nos voyages en Mauritanie avec Vision du Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *